Le Saint Graal des parents: Rendre nos enfants résilients

9
28
Rétablir la confiance en soi

La Résilience!

Cette notion est de nos jours le St Graal de tout parent soucieux du bien être de ses enfants.

Mon cher Ami le Larousse nous dit que la Résilience est la  « Caractéristique mécanique définissant la résistance aux chocs d’un matériau. »

Être résilient c’est la capacité à composer avec les difficultés de la vie. C’est important parce qu’il nous permet de faire faces aux aléas de la vie. Pour nos enfants, la résilience permet de rebondir face à des situations de stress, aux mauvaises notes, changement de classes, d’écoles,…

Nous, parents d’aujourd’hui mettons beaucoup de temps, d’énergie et d’argent, à construire les citoyens de demain. Tous pleins d’activités (Montessori, Yoga pour enfants,…) pour permettre à nos enfants de mieux appréhender notre monde.

Mais ce matin, une question me hante: Surprotégeons-nous trop nos enfants?

Nous leur faisons faire mille activités mais leur laissons-nous le temps de se découvrir, de s’ennuyer, de rêver, de savoir qui sont-ils ?

Parce que c’est de cette connaissance de soi que vient notre résilience. Apprendre à connaitre ses limites,évaluer une situation, trouver soi même des solutions à ces problèmes du quotidien,…

Je suis une personne résiliente. Quand j’analyse d’où me vient ma résilience: elle me vient des moments où j’ai pu me relever de situation difficile. Ma combativité me vient des victoires que j’ai eu face aux difficultés de la vie.

Comment puis-je vouloir apprendre la résilience à mes enfants si je ne les laisse pas tomber et trouver elles-même des solutions pour se relever? Il faut que nos enfants se construisent leurs « murs des succès »: ce référentiel de moments où nous avons par nous-même résolue une situation difficile. Il faut leur laisser tester, essayer pour qu’ils connaissent leurs forces et leurs faiblesses.

La vie est dure et c’est ce qui fait la beauté de la vie.  Il faut savoir encaisser les coups de la vie et en donner en retour.

Donnons à nos enfants l’Amour dont ils ont besoin pour construire leur Confiance en eux. Accompagnons les dans le choix des solutions qui s’offrent à eux s’ils ont besoin de nous. Laissons leur le temps de s’ennuyer, de rêver, de se connaître. Soyons cette force qui leur permettra de se projetter aussi loin qu’ils le voudront.

Aussitôt pensé, aussitôt fait. La mère super ultra forte que je suis a laissé sa Biquette3 ( presque 3 ans, rentrée PS et qui pleure tous les matins!!!) devant la porte. Elle sait que je viendrai la chercher comme d’habitde à l’heure des « mamans et des papas » comme à la crêche ( j’avoue qu’elle a subit une séance de reboost confiance en soi ce week end ☺). Je sais que c’est une situation nouvelle et difficile pour elle. J’ai confiance en elle pour trouver la solution.

Je finirai par une citation de Noir Désir qui se prête tellement bien à ce billet:

« Soyons désinvolte, n’ayons l’air de rien. »

Rétablir la confiance en soi

 

PARTAGEE
Article précédentUn charmant village Irlandais
Article suivantEst-ce qu’une maman a le droit d’être MALADE?
Amoureuse de la vie, je conçois le quotidien comme une école gratuite sur le développement personnel. Maman de trois Biquettes et salariée à temps plein, je suis pleinement Maman et me découvre tous les jours au travers de mes filles.

9 Commentaires

  1. Et se payer le luxe de finir en citant noir désir ;o)

    Tu as raison, c’est une sacré question de fond, ne les surprotégeons pas trop…Mais j’y répondrais aussi par une autre question, est ce qu’on ne leur pose pas non plus un poids trop important sur les épaules, à un si jeune âge? Je veux dire, peut être qu’on les surprotège un peu dans la petite enfance, mais on crée un socle de confiance en soi et en l’autre, et ensuite, il est temps un peu plus tard de les laisser faire leurs armes. Si je remonte dans mes souvenirs, j’ai appris de mes erreurs, de mes doutes, des épreuves traversées, naturellement, de façon innée dans ces premières années, sans y réfléchir, puis en en prenant conscience avec l’âge croissant. Laissons les gérer tranquillement sur les premières années de l’insouciance, en les accompagnant, puis laissons les voler de leurs propres ailes, et parfois tomber, quand ils deviennent plus grands. Ils en auront le temps, et nous serons là – toujours.

    • Exactement Picou, je pense que nous leurs mettons trop de pression à ces enfants et par ricochet que nous nous mettons trop de presion. Ils tomberont mais n’en mourront pas. A chaque âge, ses défis et progressivement à nous de les accompagner dans leur develloppement.
      C’est toujours un plaisir de te voir passer su ce blog ☺

  2. Tu as raison. J’ai parfois tendance à vouloir les protéger de tout et je sais que ce n’est pas le mieux… Alors souvent, je prends sur moi, et Papa Sur Le Fil veille car il est bien plus zen… On arrive à équilibrer tout cela. Mais comme c’est dur de les voir souffrir…

    Virginie

    • Oui Maman Sur Le Fil, comme c’est dur de les voir tatonner et tomber,.. On veut leur donner la solution. Moi aussi, je suis de nature très maman poule et j’ai eu une maman poule. L’apprentissage de l’autonomie et être responsable de soi à 18 ans loin de la maison a été un vrai moment difficile. Alors j’essaie de leur éviter cet écueil ☺. Bisous

      • Je suis comme Virginie, j’ai tendance à vouloir surprotéger Charlie mais j’avoue que ce que tu dis me parle et m’amène à réfléchir parce que tout comme toi je voudrais que Charlie soit prêt à affronter ce que la vie lui réserve…

  3. Je suis une véritable maman louve et comme les loulous grandissent, j’avoue avoir du mal à leur lâcher un peu la grappe, même si Papa est occupé m’y encourage fortement. C’est plus fort que moi, je ne peux pas les laisser trop la bride sur le col. Il y a d’ailleurs bien une chose qu’ils savent bien, c’est que maman est toujours là pour eux. J’y tiens.

    • Je te comprends Maman est occupée. Moi aussi, j’espère qu’elles savent que Maman sera toujours là pour elles! Le sentiment de savoir sa maman toujours là pour nous est un de mes principaux points d’éducation. Parce que je vie loin de ma mère et pourtant elle a toujours insufflée été là dans tous les moments importants de ma vie d’une manière ou d’une autre.
      Bisous ☺

  4. elles pourront sortir de la maison à 32 ans, et encore….:-)

    Je sais que je les surprotège, mais ce monde est terriblement dur je trouve. enfin, j’essaye de ne pas me laisser envahir par mes expériences personnelles…pas tous les jours facile.

    • MDR Amélie! J’imagine ta dernière attendre sagement ses 32 ans pour sortir…. J’en pleure de rire rien qu’à la misère qu’elle va te faire subir ☺☺
      Ce n’est pas facile d’arriver à ne pas reporter sur nos enfants nos expériences personnelles, même nous savons que ce n’est pas la chose à faire… Dure dure l’éducation des »Citoyens de demain ».

Laisser un commentaire

Tapez votre commentaire !
Entrez votre nom ici svp