Etre proactive sur son quotidien

Le quotidien, les situations difficiles, les disputes, les joies, la gestion de la famille, tous ces moments sont autant d’occasion d’apprendre à se connaitre.

La situation difficile que jai vécu avec mon ancien employeur, la démission, le road trip en Irlande, les incompréhensions avec mes proches sur ma recherche d’emplois,… tous ces moments m’ont appris sur moi et sur mes priorités.

Aujourd’hui je me refuse d’oublier mes rêves et de passer après mes enfants et mon mari.

Aujourd’hui je veux me raccrocher à mes ambitions et mes envies.  Je veux me donner une chance de me réaliser.

Bref de ces moments difficiles, j’ai appris que je m’étais oublié. Mais pourquoi, nous les mamans, avons tendance à nous prendre pour des supers héros? On veux tout faire même quand on sait pertinemment que cela est intellectuellement pas tenable. J’étais épuisée parce que je courais partout et tout le temps: le matin, le midi et le soir. Je n’ai pas écouté mon corps au détriment de tout bon sens. Ne pas s’écouter, toujours vouloir pousser le bouchon encore plus loin. Voilà ce qui m’a mis KO.

Aujourd’hui de cette hibernation sociale (oui oui l’hivernation sociale, cela te parles? Etre à la maison avec tes enfants et ne pas avoir de vie sociale ☺!!, j’ai appris:

  • que je ne peux pas tout faire et surtout que je ne dois pas tout faire. Chaque parent a ses droits et ses devoirs dans l’organisation de la journée.
  • que je peux aimer mes enfants mais ne pas être à leur entière disposition.
  • que la réalisation de mes rêves est aussi importante que l’éducation de mes enfants.
  • que je dois m’appliquer à avoir un tête à tête avec moi au moins 30 minutes par jour. Ce moment où je ne serai ni maman, ni épouse juste moi.
  • que la planification est la meilleure amie de tout parent.

Cool ma short liste mais comment je l’applique au quotidien:

  • Papa Grognon et moi avons réparti équitablement les tâches de la journée question de ne pas s’éparpiller à faire deux choses en même temps . Je ne supporte plus la sensation de courir et de ne pas profiter de mes filles, sans oublier tout le stress qu’engendre cette situation. Les moments de grands stress étant le matin et le soir, alors nous avons tout réorganisé. Par exemple, pour m’éviter de faire les devoirs, le repas du soir et l’activité avec la dernière en même temps, je prépare mes repas la veille pour le lendemain ( à 20H pendant que Papa Grognon lis l’histoire aux filles) et je fais certaines barquettes le week end.
  • Pour la planification, nous avons téléchargé l’application « Remember the milk » ainsi les tâches sont connues des deux et bien en avance (j’adore le petit rappel qui fais du bien) . En plus, l’agenda familial ne quitte plus le frigo.
  • Pour éviter que je ne me transforme encore en « super zéro », je m’impose un échange avec Papa Grognon quand il y’a une chose à faire. Ca évite à mon côté suicidaire, de le rajouter automatiquement sur mon planning. L’échange avec l’autre entraine la mise en place des compromis et m’épargne l’auto sacrifice perpétuel. Hein, toi aussi tu te reconnais à vouloir tout faire sans demander à l’autre parce que tu te dis »ben, il doit savoir quil y a ça à faire ». J’arrête de penser à la place de mon mari.
  • Extinction des ordinateurs, téléphones et télé 1h avant le coucher. Ainsi j’ai le temps pour méditer, lire, faire du yoga,….
  • Je me suis aménagée sur mon planning du temps pour pratiquer mes hobbies. C’est inscrit sur le planning et connus de tous.

Comment je me sens depuis cette mise en place? J’aimerai vous dire que je suis sereine, détendue avec le teint reposé. Ce serai vous mentir les amis (es). Non, ce que cette pratique m’a apporté c’est l’assurance d’être proactive sur mon temps. Parce qu’une fois qu’on a intégré dans son planning ses impératifs et ses priorités, je redécouvre la joie de vivre pleinement le moment présent car chaque chose a désormais son temps ☺.

Et grande nouvelle les amis (es), je suis prête mentalement à retourner au travail ☺☺

Et vous quelles sont vos astuces d’organisation du qotidien? Je suis toujours à la recherche d’axe d’amélioration ☺

Proactive And Reactive Keys Showing Initiative And Improvement

Indignons-nous et Créons le monde de demain!

Devant ma télé, je vois défilé les informations concernant le massacre de Las Vegas : 59 victimes, plus de 500 blessés….

Dans ma tête défile une liste de plus en plus longue: Barcelone, Londres, Paris, Bamako, Nice, Istanbul, …

Et dans tous ces moments, deux choses se répètent: La 1ere c’est la même question que l’on pose à ceux que nous connaissons et qui habitent près du lieu de drame: « Tout le monde va bien? ».

La seconde, c’est cette affirmation qui tourne en boucle dans ma tête: « Nous sommes dans un monde de malades. »

Aujourd’hui cette affirmation me pose un problème. Qu’est-ce que je fais pour changer ce monde afin qu’il soit plus à l’image des gens dites « normaux »? Qu’est-ce que je fais pour guérir ce monde, guérir mes compatriotes ? Qu’est-ce je fais pour faire de ce monde « un monde de gens heureux »?

Je ne veux pas lancer ici un débat politique, je me questionne sur le monde de demain, le monde dans lequel vivront nos enfants. Nous ne pouvons plus restez inactifs à regarder ces « gens malades » transformer ce monde à leurs images. Chacun à son niveau doit s’engager dans le bien commun, s’engager pour la solidarité, lutter contre l’exclusion, être cette épaule sur lequel l’autre peut déverser son mal être.

Le monde dans lequel nous vivons, le confort qui est aujourd’hui le notre est le fruit de personnes, comme toi et moi, qui se sont indignées d’une situation et ont voulu y apporter une solution.  Alors cher(e) ami(e), qu’est-ce qui t’indigne aujourd’hui dans notre société? Que fais-tu pour y remédier autour de toi?

Je suis une maman fan de la pédagogie Montessori (comme beaucoup d’entre nous). Mais avons nous oublié que cette pédagogie est née d’une volonté de croire en des enfants que la société du moment considérait comme « perdus, incapable d’apprendre ». Qu’est-ce que je fais pour apporter cette connaissance à des enfants démunis autour de moi? A des familles analphabètes, illettrées? Oui, nous avons en France de plus en plus de personnes illettrées, dur constat!

C’est à nous de changer le monde et de le rendre meilleur pour nos enfants. Alors, Indignons-nous un peu plus de certaines situations et refusons de les intégrer dans la « normalité ». 

Tout cela est bien beau mais dans la réalité cela donne quoi?

Cela donne pour ma part, une volonté de créer une association pour l’amélioration des conditions de vie des enfants en difficultés. L’énergie et la volonté que je mets à éduquer mes filles, je veux aussi le mettre à redonner à ceux qui sont nés « du mauvais côté de la barrière » des chances de réussite et de croire en eux.

J’étais déjà engagée dans l’économie participative mais là je veux plus m’engager afin de permettre à ceux qui ont des idées mais peu de moyens financiers de voir émerger leurs projets. 

Je suis convaincue que chacun à son échelle peut changer les choses et réduire l’isolement dans lequel se trouve plusieurs de nos compatriotes.

Je me refuse à accepter que la société propose d’avantage  à nos enfants la consommation de masse, la compétition à outrance des uns envers les autres, le mépris des plus faibles et le non respect de la dignité humaine.

Si la structure que tu imagines dans ta tête, qui serai la solution à tel ou tel problème, n’existe pas alors CREE LA et CROIS EN TOI. La route sera pavée d’embûches mais cela ne doit en aucun cas te décourager!

Nous nous devons de créer le monde de demain!

Je vais finir par cette citation de Peggy BOUCHET (1ere femme à avoir traversé l’Océan Atlantique à la rame):  » Oser toujours, Céder parfois, Renoncer jamais ».

Osons faire Notre RêvOlution (Rêve Evolution) ☺

 

Dans la peau d’une maman en « recherche d’emploi »

Il est 10h, je viens de faire 30 min de yoga question de rester focus sur mes priorités.

Je vous le dis, pas facile de ne pas se disperser ou s’irriter quand on est dans la position de « la maman en recherche d’emploi ». Jamais notre société n’a autant parlé de « bienveillance », de « positivité », « d’investir sur l’humain » et pourtant dans les faits nous sommes loin, très loin du compte.

Pour rappel, j’ai démissionné de mon ancien poste dans un établissement bancaire (pour en savoir plus, lire Ici).

Je suis entourée d’un mari aimant et attentionné et d’amies très proche et impliquée dans ma vie. Je ne manque pas de soutien des miens cependant je vais vous dire que même nos proches font partie de ces gens qui savent nous destabiliser. Je vais vous faire une petite liste non exhasutive de ces attitudes et phrases dont , nous, chercheurs d’emploi, pouvons nous passer:

  • Quand ton cher et tendre, rentre du travail à pas d’heure et est content de trouver les enfants douchés, le repas prêt et les devoirs faits et te lance en phrase d’entrée: « Alors tu as cherché du travail ? Ce serai bien que tu retournes au travail. » Non mais sans blague!!! Comme si je ne le savais pas….
  • Tu es là devant l’employé de Pôle Emploi et dès que tu lui dit « j’ai démissionné de mon précédent poste », il lève les yeux vers le ciel en retenant pendant quelques secondes sa respiration. Ok, message reçu 5 sur 5. Il est entrain de me dire: « Nan mais, qui peut démissionner de son travail par ces temps durs? En voilà une qui vient créer ma surcharge de travail pour un coup de tête. »
  • Quand tes proches (pour bien faire) t’appelle pour savoir dans quelle entreprise tu as postulé ce matin et la question  » Cet après-midi tu fais quelle entreprise? » Ok, vous voulez aussi que je vous tienne la comptabilité chaque jour!
  • Quand tu dis à tes proches, je vais plutôt me lancer dans l’aide à la création aux entreprises. Que tu entends:  » Non, mais tu ne dois pas te disperser. Tu te sous-estimes. Avec ton expérience, telle banque embauche ». Ok, je vois que je suis écoutée. Mais le plus fun, c’est quand la même personne te parle (avec cette étincelle d’admiration dans la voix)  » X a démissionné de son entreprise. Elle s’est reconvertie dans l’aide à la création aux entreprises et est professeur de yoga « . Naann , personne ne voit qu’on se fiche de moi ☺!
  • Quand tu cherches un job à plusieurs kilomètres de la maison et que tout le monde te dit: « Non, tu imagines ton quotidien avec les enfants à faire ce trajet ? ». Ok, en fait je dois chercher du travail dans un rayon de 5 km de la maison . Très réaliste les Amis (es)!
  • Le rappel qui fait du bien: « Je ne sais pas si tu te souviens mais il y’a les impots à payer pour le mois de Septembre alors tu devrais vite trouver du travail ». OOOhhh quelle tête en l’air suis-je pour oublier des impératifs pareil! Merci chers parents du rappel .
  • Les fêtes de fin d’année approchant, nous commençons tous à les préparer. Alors quand ta famille te dis: « Ben d’ici là tu ne travailleras pas encore alors tu n’as pas d’impératifs ». Whaou, merci pour votre confiance!

Bref, une petite liste pour vous montrer que nous nous devons de faire juste un peu attention à ce que nous disons. Rechercher du travail est déjà en soi une épreuve. Nous, chercheurs d’emploi, nous devons de rester positifs,  forts moralement. Alors certains petits pics qui affectent la confiance en soi , Non merci.

Qu’est ce que j’ai mis en place pour éviter d’être affecter aussi négativement par mes chers proches? Cela se résume en une action simple: Je me suis réapproprié ma recherche d’emploi. La recherche d’emploi est mon problème. Merci chers proches mais je suis assez grande pour savoir que j’ai une famille à assumer donc je ne peux pas éternellement vivre de mes économies. Je cherche du travail et je vous ferai signe quand je l’aurai trouvé. A ce moment là, nous trinquerons ☺! En attendant, faites moi vraiment Confiance!

Et vous, vous qui êtes peut- être dans une démarche de recherche d’emploi ou de reconversion professionnelle, quelles sont ces phrases, ces attitudes qui vous agassent?

Et si nous commençons par nous SENTIR LEGITIME de réaliser nos rêves

Hier, j’écrivai dans l’article Oser Croire en son potentiel qu’il fallait « Aller à sa propre rencontre en se sentant légitime de faire telle ou telle chose.« 

« Se sentir légitime de faire telle ou telle chose », plus facile à dire qu’à faire.

C’est frustrant de « se sentir appeler par telle ou telle activité » mais de ne pas oser se lancer parce qu’on ne se sens pas légitime. Ne pas se sentir légitime est plus que ne pas se sentir capable. Ne pas se sentir légitime c’est presque « se sentir usurpateur », ne pas « se sentir à sa place ». Mais pourquoi suis-je mon plus gros frein?

Quand j’y repense, je me rends compte que divers points qui nous paraissent raisonnables sont en fait des freins justifiant cet état « d’imposteur ».

Nous nous répéttons: « Mais non, je ne peux pas faire ceci, il me manque cela ».  Ou encore « Non, je n’ai pas assez d’expérience, pas de diplômes, pas de temps, pour me lancer dans ceci ». » Je vais attendre que les enfants grandissent » (alors celle là c’est ma préférée parce que je me suis amusée à recenser le nombre de fois que spontanément j’ai chargé moralement mes enfants pour justifier mon manque de courage, pour ignorer mes peurs!).

La question est : Comment faire pour se sentir légitime?

Alors là, mes amis(es) si vous vous attendez à une réponse universelle ben c’est ripée. Cette quête est personnelle , tout comme l’était la quête du St Graal (Mdr!!)

Plus sérieusement, j’ai identifié un schéma qui mène à cette réponse:

  • Lister de manière objective les raisons qui créent en nous ce sentiment d’illégitimité. Pourquoi je ne me sens pas légitime d’exercer telle profession? de faire telle activité? de porter tel projet? Est-ce les diplomes? Est-ce un manque de confiance en soi?
  • Etablir un plan d’actions pour traiter ces freins. Par exemple, je ne me sens pas légitime parce que mon anglais est juste pourri. Ben ,j’ai pris un abonnement sur Babbel pour y remédier. J’avoue que je liste les solutions de manière complètement impersonnelle et je sélectionne la solution qui va bien avec mon organisation, mon quotidien.
  • Mettre en place de petites actions concrètes pour booster son estime de soi. C’est le principe de la sucrerie qu’on donne aux animaux lors de spectacle. Booster son estime de soi tout comme on félicite nos enfants d’avoir mis la table. Prendre conscience de notre « mur de réussite » pour avoir une image positive de soi. C’est cette accumulation de fierté et de reussites qui vont progressivement galvaniser notre valeur. Je vous avoue que chaque membre de la famille a son cahier de reussite ainsi ça nous pousse à faire plus attentions à ces « petites reussites » du quotidien et de les souligner. Par exemple, je suis fière de me lever maintenant sans difficultés 10 min après la sonnerie de mon réveil (avant c’était 30 min après la sonnerie!!!)
  • Prenez soin de vous, de vos pensées, ne vous laissez pas perturber par des pensées négatives. J’avoue que la méditation m’aide à faire la part des choses et à retrouver la communion avec moi. Pour Papa Grognon par exemple, c’est le sport qui permet cet équilibre. A vous de trouver le rituel qui vous aidera à gagner en sérénité.
  • Apprendre à dédramatiser, prendre du recul, créer des moments qui nous font de bien. Bref, j’ai arrêter de subir mon planning. Je veux être proactive sur ma Vie. Ainsi, il y’a moins de subis. Tout ceci , m’a permis de me dégager du « temps » nécessaire pour réaliser les actions que j’ai définie précédement dans mon plan d’action.

J’ai commencé ce travail sur moi depuis Juin. Aujourd’hui, je me sens légitime de faire des choses qui me semblaient hors de portée il y’a juste quelques mois. J’ai encore du chemin à parcourir mais j’ai assez confiance en moi pour être résiliente face aux imprévus de la vie.

Pourquoi je vous écris ce billet? Parce que je me suis souvenue que le choix de faire un blog était porté par la volonté de partager avec vous mais aussi d’inspirer les autres. Si ce qui me fais du bien peut aider à l’nspiration et au bien-être d’une seule personne alors j’aurai atteint mon objectif. Bon, j’avoue aussi que je suis dans une période de « OSE ATTITUDE » (Lorie, j’ai une des paroles pour une chanson!) 

Je vous partage Ma Chanson fétiche qui me rappelle que TOUT, ABSOLUMENT TOUT, DEPEND DE MA VOLONTE ! You can did it if you really want   »  You can did it if you really want but you must try, try and try.. »(Tu peux le faire si tu le veux vraiment mais tu dois essayer, encore et encore…)

Et vous, vous-sentez vous légitime dans vos activités ? Si non, quels sont vos astuces pour Oser ?

 

 

OSER CROIRE EN SON POTENTIEL

Mon cher ami le Larousse me dit que le potentiel est  » l’ensemble des ressources dont quelqu’un peut disposer ».

Nous avons tous du potentiel. Mais le rythme de la vie, le manque de confiance, les échecs, les diverses contraintes de la vie( financière, familiale, …) nous freinent. Nous oublions notre potentiel, nous perdons tout ce qui fait « notre saveur ».

Combien de fois, en regardant telle personne réaliser tel exploit , avons-nous pensé: « Whaou, la chance qu’il a d’avoir telle qualité ».  Nous oublions aisement le trésor sur lequel nous sommes assis et que nous n’exprimons pas.

Osons croire en nous. Osons franchir le pas! Ayons l’audace de faire taire ces voix qui nous brident et osons nous libérer du regard des autres. Je ne fais pas les choses pour les autres mais pour moi!

Sortir de sa zone de confort! Aller à sa propre rencontre en se sentant légitime de faire telle ou telle chose.

J’ai l’impression d’écrire un article décousu. Pour tout vous dire, j’ai échangé avec une personne très proche qui m’a partagé son manque d’estime de soi. Et je me suis dit: « Comment peut-il (elle) ne pas se voir comme moi je le (la) vois? Comment fait-il (elle) pour ne pas voir toutes les qualités, tout ce potentiel que je vois en lui (elle)? »

Tout ce que j’ai pu lui dire c’est: « Fais-toi confiance. N’aies pas peur de laisser exprimer tes envies et je suis persuadée qu’un jour, tu te verras comme moi je te vois. »

En fait, se connaitre, connaitre son potentiel débute par l’acceptation de ses faiblesses, l’acceptation de soi.

Je vous offre cette chanson, une de mes chansons préférées sur l’acceptation de soi : Flaws de Keirra Sheard

A toute ces fois, où nous oublions de nous Grandir!

Flaws

 

 

 

 

Est-ce qu’une maman a le droit d’être MALADE?

La question du jour paraît simple: « Est ce qu’une Maman a le droit d’être malade? »

Depuis le début de la semaine, je suis passée par de la fièvre, des éternuements, un super rhume, une laryngite et aujourd’hui j’en suis au début d’une toux grasse.

Tu la connais la fameuse « rhinopharyngite de la rentrée » que tes enfants te ramène à la maison. Tu passes ton temps à les soigner, leur moucher le nez, … La Rhino passe d’enfant en enfant et vient à la fin de faire un super coucou. Quand les autre sont malades, ils se posent et tu t’occupes de tout.

Quand tu es malade, tu continues à t’occuper de tout . Tu t’en veux des machines de linges en retard, du sol pas impéccable, du petit temps de pause que tu as été obligé de prendre parce que la « machine (ton corps) n’avançait plus ». Il faut participer aux réunions de rentrée, aux soirées de « Bienvenue » des associations de parents d’élèves,….

Tu es malade mais tu doit faire la garde-malade des deux petites qui ne sont vraiment pas bien. Elles ont la fièvre, elle toussent à s’arrcher les poumons,… Ok MamanSem, tu peux être malade mais pas maintenant!

Et quand, ton partenaire (oui, je prend volontairement de la distance avec ce Mr ☺!!) ose te dire:  » Elle traine ta rhino, tu devrais penser à te faire soigner! »

OH My God!!!  Le vrai médicament dont j’ai besoin est le REPOS, Mr!!!

Et quand le soir, sur le créneau entre « les devoirs sont fait » et « on passe à table », tu n’en peux plus, tu es « au bout de ta live ». Tu te poses et laisses parler ta maladie, ce sont les enfants qui s’inquiètent: « Qu’est ce qui t’arrive Maman? » et dans leur regard, tu vois rééellement cette lueur d’inquiétude.

Ben non, tout compte fait, JE NE SUIS PLUS MALADE !

Je teste juste un nouveau parfum qui a en plus le mérite de soulager mes poumons et ma gorge: Le Baume du Tigre ☺

 

 

 

Le Saint Graal des parents: Rendre nos enfants résilients

La Résilience!

Cette notion est de nos jours le St Graal de tout parent soucieux du bien être de ses enfants.

Mon cher Ami le Larousse nous dit que la Résilience est la  « Caractéristique mécanique définissant la résistance aux chocs d’un matériau. »

Être résilient c’est la capacité à composer avec les difficultés de la vie. C’est important parce qu’il nous permet de faire faces aux aléas de la vie. Pour nos enfants, la résilience permet de rebondir face à des situations de stress, aux mauvaises notes, changement de classes, d’écoles,…

Nous, parents d’aujourd’hui mettons beaucoup de temps, d’énergie et d’argent, à construire les citoyens de demain. Tous pleins d’activités (Montessori, Yoga pour enfants,…) pour permettre à nos enfants de mieux appréhender notre monde.

Mais ce matin, une question me hante: Surprotégeons-nous trop nos enfants?

Nous leur faisons faire mille activités mais leur laissons-nous le temps de se découvrir, de s’ennuyer, de rêver, de savoir qui sont-ils ?

Parce que c’est de cette connaissance de soi que vient notre résilience. Apprendre à connaitre ses limites,évaluer une situation, trouver soi même des solutions à ces problèmes du quotidien,…

Je suis une personne résiliente. Quand j’analyse d’où me vient ma résilience: elle me vient des moments où j’ai pu me relever de situation difficile. Ma combativité me vient des victoires que j’ai eu face aux difficultés de la vie.

Comment puis-je vouloir apprendre la résilience à mes enfants si je ne les laisse pas tomber et trouver elles-même des solutions pour se relever? Il faut que nos enfants se construisent leurs « murs des succès »: ce référentiel de moments où nous avons par nous-même résolue une situation difficile. Il faut leur laisser tester, essayer pour qu’ils connaissent leurs forces et leurs faiblesses.

La vie est dure et c’est ce qui fait la beauté de la vie.  Il faut savoir encaisser les coups de la vie et en donner en retour.

Donnons à nos enfants l’Amour dont ils ont besoin pour construire leur Confiance en eux. Accompagnons les dans le choix des solutions qui s’offrent à eux s’ils ont besoin de nous. Laissons leur le temps de s’ennuyer, de rêver, de se connaître. Soyons cette force qui leur permettra de se projetter aussi loin qu’ils le voudront.

Aussitôt pensé, aussitôt fait. La mère super ultra forte que je suis a laissé sa Biquette3 ( presque 3 ans, rentrée PS et qui pleure tous les matins!!!) devant la porte. Elle sait que je viendrai la chercher comme d’habitde à l’heure des « mamans et des papas » comme à la crêche ( j’avoue qu’elle a subit une séance de reboost confiance en soi ce week end ☺). Je sais que c’est une situation nouvelle et difficile pour elle. J’ai confiance en elle pour trouver la solution.

Je finirai par une citation de Noir Désir qui se prête tellement bien à ce billet:

« Soyons désinvolte, n’ayons l’air de rien. »

 

La Bienveillance dans le couple

Le Larousse nous apprend que la Bienveillance est : « une disposition d’esprit inclinant à la compréhension, à l’indulgence envers les autres ».

Nous, adultes, avons tendance à nous prendre pour des modèles, des produits finis. Ben ouais ma cocotte, du haut de mes 34 ans, c’est fini l’apprentissage ! Je sais tout moi ☺ ! Bonne blague n’est ce pas !

Nous savons être bienveillants avec des enfants (qui sont en cours d’apprentissage des règles) et très durs avec les adultes (ben lui n’a plus rien à apprendre, il sait tout !!!)

Cette pensée inconsciente se vérifie avec nos enfants. Nous encourageons mille fois avec une patience inouïe un petit bébé qui fait ses 1er pas lors de ses moult tentatives. Pourtant dès que notre ainé de 10 ans fait mal une chose qu’on lui a déjà appris, nous nous irritons avec un « mais je te l’ai déjà dis la dernière fois ! »

C’est de même dans le couple, combien de fois nous irritons nous contre notre conjoint qui a encore mal fait ceci ou cela. Parce que nous jugeons que nous n’avons pas à faire son éducation car il est comme nous : « un produit fini » donc « il devrait que ceci ne se fait pas comme cela ». Ces phrases qui reviennent souvent: « Comme d’habitude, tu as encore ….. », « J’étais sûr que tu allais de nouveau faire… »

Une belle leçon de vie que j’ai apprise pendant mon road trip en Irlande. J’en suis à penser que la bienveillance dans le couple c’est de respecter les imperfections de l’autre. Accepter réellement l’autre avec ses défauts sans vouloir le changer. Accepter que l’autre peut avoir une sensibilité différente sur une question fondamentale. L’amour prend patience et est lent à la colère dans une relation basée sur la confiance réciproque. Je ne veux pas te forcer à aller contre tes imperfections qui est reflètent des traits de caractère. Dorénavant, je prendrai en compte cette imperfection comme donnée de l’équation afin de trouver une solution qui NOUS CONVIENNE. D’ailleurs, si je me souviens bien, ce sont tes imperfections qui t’ont rendus si « touchant » à nos débuts ☺!!

En fait la question d’être bienveillant avec son conjoint revient à être bienveillant envers soi. Savoir s’accepter imparfaite avec ses failles et trouver des moyens de fonctionner avec. Par exemple, j’ai du mal à m’organiser. Je m’appuie sur un appli, un agenda familial, je trouve un fonctionnement qui me permet de mieux me sentir dans mon organisation.

Je ne suis pas parfaite , l’autre ne l’est pas non plus alors Soyons Bienveillant les uns envers les autres.

Ma technique pour ne pas vite m’emporter contre mon conjoint: (Chut c’est un secret parce que je vous fais vraiment confiance ☺): la visualisation d’une de ses photos quand il était petit (tellement chou avec ses boucles blondes et ce regard d’un bleu ciel!! hum je n’ai vraiment pas envie de m’enerver contre ce petit ange !!!)

Et vous, que pensez-vous de la bienveillance dans le couple et comment essayez-vous de le mettre en pratique?

 

 

 

 

CONCOURS N°2 EN DIRECT DE L’IRLANDE

Bonjour Les Amis(es),

Les aléas du direct, nous avons perdu la connexion internet pendant quelques jours.

Donc le Concours N° 2 arrive avec un peu de retard!

En direct de DUBLIN, je vous propose pour ce concours:

CONCOURS N° 2: Un livre en Anglais sur les légendes irlandaises (testé et approuvé par moi qui ne suis pas bilingue mais la lecture est très agréable et permet d’enrichir son vocabulaire tout en étant emporter dans un monde féerique) et une superbe casquette qui saura apporter la « irish touch » à votre tenue.

Les règles sont les mêmes que le Concours N°1  donc n’hésitez pas à retenter votre chance:

Tirage au sort des 3 concours le 21 Août au soir.

Publication des gagnants sur la page Facebook le 22 Août.

Comment participer :

  1. LIKER la page facebook MamanSEM 
  2. VOUS ABONNER à la page facebook
  3. LIKER la publication avec un petit commentaire SVP
  4. PARTAGER la publication
  5. INVITER un(e) ami(e) ce serai super cool ça !

BONNE CHANCE et RDV demain pour le concours N°3.

N’oubliez pas, QUI M’AIME, ME LIKE ET ME PARTAGE !